Accueil / Nouvelles / Le Canada impose des restrictions sur l’importation de chevaux du Texas

Industrie

Le Canada impose des restrictions sur l’importation de chevaux du Texas | Imprimer |
Le 23 octobre 2009 — La division Races et Industrie de Canada Hippique souhaite informer tous les intervenants du milieu qu’en raison d’une épizootie de piroplasmose équine sévissant dans l’État du Texas, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a demandé au United States Department of Agriculture (USDA) de suspendre la délivrance ou l’acceptation de certificats d’exportation pour les chevaux et autres équidés qui proviennent de l’État du Texas.

L’imposition de restrictions sur l’importation au Canada d’équidés provenant du Texas entre en vigueur immédiatement. L’ACIA a confirmé que ces restrictions ne s’appliquent qu’aux importations de chevaux, ânes et mules vivants et non à la semence ou aux embryons équins.

Le USDA a également été appelé à fournir  une certification additionnelle pour les chevaux et autres équidés provenant d’autres États en ces termes :  « Au cours des vingt et un (21)  derniers jours, l’animal (les animaux) faisant partie de ce lot d’expédition n’a pas (n’ont pas) séjourné au Texas. ».

Pour prendre connaissance des exigences actuelles s’appliquant à l’entrée des chevaux au Canada, veuillez utiliser le système automatisé de référence à l’importation (SARI)  qui se trouve sur le  site http://airs-sari.inspection.gc.ca.  Pour connaître les exigences d’importation touchant un cheval en particulier, indiquez chaque élément définissant la situation de ce cheval, et de l’information personnalisée vous sera transmise.

La piroplasmose équine (PE) est causée par deux organismes parasites (Babesia equi et Babesia caballi). Elle est principalement transmise aux équidés par les tiques mais cette maladie à diffusion hématogène peut se transmettre également d’un animal à un autre par des aiguilles et instruments chirurgicaux contaminés.

Une fois infecté, il s’écoulera de 7 à 22 jours avant que l’animal montre des signes de maladie. La forme bénigne de la maladie se manifeste chez le cheval par de la faiblesse et un manque d’appétit. On retrouve des cas plus graves dans les régions où la PE n’est pas fréquente car les animaux n’ont pas acquis la capacité de résister à la maladie.  Parmi les signes indiquant la présence de la forme aiguë chez un animal, mentionnons fièvre, anémie, ictère des muqueuses, abdomen gonflé, respiration laborieuse, troubles du système nerveux central, poil rugueux, constipation, coliques et hémoglobinurie – une condition qui donne à l’urine une couleur rougeâtre. Il arrive qu’un cheval en phase aiguë en meure. Ceux qui survivent à l’infection peuvent demeurer porteurs des parasites pendant très longtemps. Ces animaux sont une source probable d’infection pour leurs congénères par les tiques ou les aiguilles et instruments chirurgicaux qui agissent comme vecteurs.

La PE n’est pas endémique aux États-Unis, au Canada, ou dans certains autres pays, mais elle est présente dans les Caraïbes, en Amérique Centrale, en Amérique du Sud, dans les pays de l’est et du sud de l’Europe, en Afrique, ainsi qu’au Moyen-Orient. Le commerce d’animaux présente un grand risque d’introduction de cette maladie, de même que la pratique des sports équestres sur la scène internationale où des animaux infectés et non infectés se côtoient. Si une épizootie de PE sévissait dans un pays comme les États-Unis, il deviendrait nécessaire d’en informer l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE)  et de lui communiquer les mesures qui ont été entreprises pour éradiquer la maladie. (Source : USDA)

  
À propos de la division Races et Industrie de Canada Hippique

La division Races et Industrie de Canada Hippique procure une structure aux membres de plus de 40 associations de races exerçant leurs activités au Canada. Cette coalition de forces agissant sous l'égide de la fédération nationale Canada Hippique forme une tribune propice aux échanges d'informations entre Canada Hippique, les intervenants du milieu canadien, le gouvernement du Canada  et d'autres instances étrangères. La division Races et Industrie travaille à promouvoir  l’industrie canadienne du cheval et elle l’aide à conserver son dynamisme, tout en  appliquant des politiques au Canada. Les organismes de races et les partenaires de l'industrie échangent des ressources et des connaissances dans la même optique, qui est celle de stimuler la rentabilité à long terme du secteur canadien du cheval et de veiller à ce qu'il demeure viable. Visitez le equinecanada.ca pour obtenir un complément d'information sur la division Races et Industrie de Canada Hippique.
 
À propos de Canada Hippique

Canada Hippique est l’organisme national chapeautant l’hippisme. Institution caritative axée sur le service aux membres, Canada Hippique est la division administrative de l’Équipe équestre canadienne faisant autorité en concours hippique national. Elle est la voix nationale des cavaliers de loisir, l’association nationale représentant le bien-être du cheval, l’élevage et l’industrie. Canada Hippique est reconnue auprès du gouvernement du Canada, de la Fédération équestre internationale et du Comité olympique canadien en tant qu’organisme représentant les sports équestres et les intérêts équins.  Pour plus de renseignements sur Canada Hippique, veuillez visiter le equinecanada.ca.