Nous joindre
Accueil / Compétitions / Contrôle des médicaments équins
Contrôle des médicaments équins

Canada Hippique invite tous les adeptes de sport équestre, toutes disciplines confondues, à se soumettre aux exigences des tests de dépistage de drogues et de médicaments afin d’assurer la santé et le bien-être de tous les chevaux.

Les contrôles de médicaments équins et les tests de dépistage du programme anti-dopage ont lieu aux concours de Canada Hippique afin de vérifier que les règlements concernant les substances interdites pour les chevaux sont respectées, de permettre à tous les participants de se mesurer à chances égales, d’assurer la sécurité des cavaliers et la santé et le bien-être des chevaux, ainsi que de promouvoir une compétition juste et équitable.

Canada Hippique a publié des règlements portant sur le contrôle des médicaments équins qui se rapprochent des règlements sur le contrôle des drogues et médicaments équins émis par l’Agence canadienne du pari mutuel (ACPM). Ces règlements comprennent notamment une description des substances interdites. Pour une explication complète et pour les réponses aux questions fréquentes au sujet du programme d’anti-dopage, veuillez consulter le Programme de contrôle des médicaments équins.

L’annexe des drogues émise par l’Agence canadienne du pari-mutuel est disponible ici: L’annexe des drogues

NOTE DE SERVICE AUX : Organismes de réglementation provinciaux, Associations canadiennes de l’industrie des courses de chevaux, Groupes de professionnels du cheval

La Fédération équestre internationale (FEI) a produit un guide à l’intention des concurrents détaillant les substances interdites, les médicaments autorisés, les procédures de dépistage sélectif, leurs responsabilités ainsi que les conséquences en cas de non conformité.

“Lancement d'une carte ID vétérinaire pour épreuves FEI et changement de programme vétérinaire - suivez ce lien http://www.fei.org/new-vet-id-card

 
 Kari RossCoordonnatrice, services aux Concours, Médicaments équins, Médicaments humaines et Règles

equinemeds@equinecanada.ca - 613-287-1515 ext. 117

2015 - Avis aux membres
Pour éviter une éventuelle analyse positive au dépistage, le Comité de contrôle des médicaments équins de Canada Hippique souhaite rappeler à tous les compétiteurs, propriétaires, palefreniers, entraîneurs et autres intervenants, le risque de contrôle positif relié aux aliments contaminés.

Les meuneries peuvent au sein d’une même usine fabriquer divers produits destinés à différentes espèces animales, et cette usine peut contenir des substances interdites selon le système de classification des drogues de Canada Hippique. Des quantités résiduelles de substances prohibées peuvent contaminer des aliments dont l’utilisation est légale selon l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et qui ne sont pas considérés dangereux pour les animaux, mais qui peuvent provoquer un résultat d’analyse positif aux drogues chez les chevaux de course et de compétition.

Par exemple, la Ractopamine en particulier est une substance qui a été la cause de bon nombre de contrôles positifs depuis 2011. La Ractopamine est utilisée dans l’alimentation d’autres espèces pour stimuler la croissance. Elle est classifiée comme une infraction de type 2 selon le système de classification des drogues de Canada Hippique.

Les questions à prendre en considération:
·         Est-ce que votre fournisseur d’aliments ou de suppléments fabrique uniquement des aliments ou des suppléments destinés aux chevaux?
·         Est-ce que votre fournisseur d’aliments ou de suppléments entrepose des drogues comme la Ractopamine dans ses installations?
·         Avez-vous acheté du foin, des aliments ou des suppléments de cultivateurs qui pourraient les avoir entreposés à proximité d’aliments ou de suppléments destinés à d’autres espèces animales?

Les médicaments composés sont des drogues spécialement formulées par un pharmacien ou un vétérinaire parce qu’elles ne sont pas disponibles en tant que produit sous licence ou parce qu’elles contiennent différentes concentrations ou ingrédients que le médicament sous licence. Lorsque Santé Canada approuve un médicament vétérinaire, il doit répondre à certaines normes d’efficacité, de sécurité, de composition et de stabilité (date d’expiration). Les médicaments composés ne sont pas soumis à ce niveau de contrôle. Par exemple, certaines personnes optent pour l’emploi de la phénylbutazone ou de la flunixine méglumine composées. Si la concentration de l’ingrédient actif du médicament composé excède celle indiquée sur l’étiquette, cela peut mener à un résultat positif au dépistage pour votre cheval qui dépasse alors la limite permise, même si le produit a été administré en respectant les délais de détection suggérés dans les directives. Comme tous les produits naturels ou à base d’herbes, il est conseillé aux compétiteurs d’éviter ces médicaments à moins d’être certains de leur contenu, surtout s’il existe déjà un médicament vétérinaire approuvé sous licence. Dans le cas d’une analyse positive au dépistage, cette dernière demeure la responsabilité de la personne responsable du cheval ou du poney.

Si vous avez le moindre doute sur un produit ou un médicament, évitez de l’utiliser. Si vous employez un médicament composé, vous le faites à vos propres risques. Nous vous recommandons de consulter votre vétérinaire pour des conseils à ce sujet.

2014 - Avis aux membres: Les médicaments composés: À utiliser avec prudence
Pour éviter les analyses positives au dépistage, le comité de contrôle des médicaments équins de Canada Hippique (CCME) rappelle à tous les concurrents, propriétaires, grooms, entraîneurs et autres intervenants de faire preuve de prudence lorsqu'ils utilisent des médicaments composés. Ils doivent être administrés sous surveillance, et uniquement s'ils ont été prescrits par un vétérinaire. Bien qu'aucune mesure disciplinaire n'ait été précisée à l'heure actuelle, le CCME analyse présentement un certain nombre de tests de dépistage positifs susceptibles d'être liés à l'administration de médicaments composés. 

Les médicaments composés sont formulés spécialement par les pharmacies parce qu'ils ne sont pas disponibles sous licence; leur composition ou leur concentration peut différer du médicament sous licence, et ils sont parfois moins onéreux. Il est important de prendre en considération la concentration de l'ingrédient actif, la méthode d'administration, la sécurité et la possibilité de contamination.

Lorsque Santé Canada approuve un médicament vétérinaire, le produit doit répondre à certaines normes d'efficacité, de sécurité, de composition et de stabilité. La date d'expiration des médicaments sous licence est établie d'après les données de stabilité. Les médicaments composés ne sont pas soumis à ce niveau de contrôle. Il arrive que la concentration de l'ingrédient actif dans certains médicaments composés pour les chevaux soit plus grande que ce qu'il est indiqué sur l'étiquette, ou que certains médicaments contiennent des ingrédients non identifiés sur l'étiquette. Dans certains cas, ces divergences ont causé de graves problèmes de santé chez les chevaux traités.
(http://www.fda.gov/AnimalVeterinary/NewsEvents/CVMUpdates/ucm397345.htm).

Même si une plus grande concentration que celle inscrite sur l'étiquette n'engendre pas d'effets nuisibles pour la santé, elle peut mener à un résultat positif au dépistage si la quantité du médicament en question dépasse la limite permise ou si le temps de détection d'une substance interdite est prolongé au-delà des directives. Le cas échéant, l'analyse positive sera la responsabilité de la personne responsable du cheval ou du poney.

Le lien suivant contient un article pertinent publié par l'Agence canadienne du pari mutuel: http://www.standardbredcanada.ca/notices/6-3-14/cpma-compounded-medication-notice.html

En cas de doute sur un médicament ou un produit, évitez de l'utiliser. Pour toute question relative aux ingrédients ou au délai d'élimination d'un produit, veuillez consulter votre vétérinaire ou communiquez avec CH à equinemeds@equinecanada.ca.

Lausanne (SUI), 2 October 2012

La liste des substances équines prohibées de la FEI de 2013 en vigueur le 1er janvier

La liste des substances équines prohibées de la Fédération équestre internationale (FEI) pour 2013, maintenant approuvée par la FEI, entrera en vigueur le 1er janvier 2013.

Après une période de consultation avec les fédérations nationales, le groupe responsable de la liste de la FEI a tenu sa rencontre la plus récente lors de Jeux paralympiques de Londres de 2012, où il a adopté les modifications à la liste pour 2013. On compte parmi les changements l’ajout de cinq nouvelles substances et d’autres modifications.

Les modifications, lesquelles seront ajoutées à la liste de 2013 et entreront en vigueur le 1er janvier de l’an prochain, sont résumées ici et ci-après :

  • Cinq nouvelles substances ont été ajoutées à la liste de 2013. Il s’agit des médicaments contrôlés suivants : la cyclosporine, un immunosuppresseur systémique; le tropicamide, qui affecte le système nerveux et présente certains risques d’abus, les préparations de sarracénie pourpre (Sarapin®), bien connue pour ses propriétés analgésiques et susceptible d’influencer le rendement; de plus, son utilisation suscite des préoccupations pour le bien-être, l’acétate de delmadinone et l’acétate de chlormadinone, des progestatifs stéroïdes synthétiques qui réduisent la concentration de testostérone et sont susceptibles d’influencer le rendement.
  • Le fentanyl et la morphine (analgésiques), tous les deux actuellement inscrits dans la catégorie des substances interdites, seront déplacés vers la liste des médicaments contrôlés en 2013 en raison de leur utilisation légitime de plus en plus courante dans la médecine équine.
  • La suxibuzone, qui convertit la phénylbutazone dans l’organisme, est actuellement inscrite comme phénylbutazone. Elle sera distinctement inscrite sur la liste des médicaments contrôlés.
  • La desloreline, laquelle était inscrite dans la catégorie des médicaments contrôlés sur la liste de 2012, sera supprimée de la liste de 2013.

« Le groupe responsable de la liste de la FEI utilise la recherche et les données scientifiques les plus à jour dans le cadre de sa révision continue de la liste des substances prohibées », souligne Graeme Cooke, directeur vétérinaire de la FEI.

« Les fédérations nationales et tous les vétérinaires qui interviennent dans notre sport participent activement au processus de consultation et tous les commentaires reçus à propos des modifications proposées, présentées d’abord en avril de cette année, ont fait l’objet de discussions au sein du groupe responsable de la liste avant la finalisation des modifications. »

« La publication des modifications apportées à la liste 90 jours d’avance, conformément à nos règlements, permettra aux fédérations nationales et à leurs athlètes de disposer d’amplement de temps pour se familiariser avec ces changements avant l’entrée en vigueur de la liste des substances équines prohibées de 2013 le 1er janvier de l’an prochain. »

La liste des substances équines prohibées de 2013 sera publiée avant le 1er janvier 2013 sur le site Web Sport FEI sans dopage (FEI Clean Sport).
 

Le GABA et l’hydroxy-GABA ajoutés à la liste des substances équines prohibées

Juillet 2013- Note de service aux officiels de Canada Hippique- Modifications réglementaires concernant le GABA et le magnésium injectable

Le comité de la Fédération équestre internationale (FEI) responsable de la liste des substances prohibées (le « comité de la liste ») est le groupe d’experts responsable de déterminer quelles substances devraient être ajoutées à cette liste et, le cas échéant, dans quelle catégorie (médication interdite ou contrôlée).

Ainsi, l’United States Equestrian Fédération (USEF), entre autres, a récemment porté à l’attention du comité de la liste l’acide gamma-aminobutyrique (GABA) et l’hydroxy-acide gamma aminobutyrique (hydroxy-GABA) en raison de leur utilisation comme ingrédients dans un produit commercial connu aux États-Unis sous le nom Carolina Gold. L’USEF a décidé d’interdire ce neurotransmetteur inhibiteur après avoir pris connaissance de ses effets indésirables documentés chez les chevaux.

À la lumière de ces renseignements, le groupe de la liste a pour sa part recommandé à la FEI d’émettre immédiatement un avertissement contre l’utilisation de ces deux substances. Le GABA et l’hydroxy-GABA seront donc ajoutés à la liste des substances équines prohibées de la FEI, avec une période de mise en œuvre de 90 jours tel que prévu aux règlements. Dès à présent, toute demande d’administration d’un produit contenant du GABA ou de l’hydroxy-GABA présentée à un officiel ou à un délégué vétérinaire de la FEI lors d’un concours de la FEI sera refusée.

Cet avertissement est émis indépendamment du processus habituel de révision annuelle du groupe de la liste.

 

L’utilisation du médicament védaprofène n’est plus permise
aux concours sanctionnés par Canada Hippique

 

Le 17 février 2012—Le comité de Canada Hippique chargé du contrôle des médicaments annonce les changements suivants aux règlements portant sur le contrôle antidopage de Canada Hippique, en ce qui a trait au médicament védaprofène.

 

À compter du 1 juin 2012, l’utilisation du médicament védaprofène ne sera plus permise aux concours sanctionnés par Canada Hippique. Ainsi, un cheval participant à une compétition sanctionnée par Canada Hippique qui obtient un résultat positif au védaprofène lors d’un test de dépistage recevra la pénalité correspondant à une offense de Classe III figurant au barème des pénalités du système de classification des drogues. Un délai d’attente d’au moins 72 heures est recommandé après la dernière administration du médicament. Pour obtenir un complément d’information, veuillez consulter l’Annexe des drogues de l’Agence canadienne du pari-mutuel.

Toute l’information au sujet des règlements portant sur le contrôle anti-dopage des chevaux se trouve sur le site Web de Canada Hippique au http://bit.ly/AfP6IX.

Il revient aux titulaires d’une licence sportive de Canada Hippique de se maintenir au courant des changements apportés aux règlements portant sur le contrôle anti-dopage des chevaux.

 

Le médicament Clenbuterol ne sera plus permis aux concours sanctionnés de Canada Hippique

Le 16 novembre 2010 — Le comité de contrôle des médicaments équins de Canada Hippique annonce ce qui suit au sujet du médicament Clenbuterol.

À compter du 1er janvier 2011, le Clenbuterol (Ventipulmin) ne fera plus partie des médicaments équins permis lors des concours sanctionnés de Canada Hippique. Ainsi, tout cheval participant à un concours sanctionné de Canada Hippique montrant un test positif au Clenbuterol sera pénalisé selon le barème des pénalités et le système de classification des drogues comme une offense de Classe III. Le temps d’arrêt recommandé est d’au moins 72 heures après la dernière administration du produit. Pour tout renseignement complémentaire, veuillez consulter la liste des drogues de l'Agence canadienne du pari mutuel.

Les membres de CH sont tenus de se maintenir à jour à ce sujet.